Les lundis de la mer – Mortalités des huîtres : solutions et avenir

Le 19.11.2012 - 1, boulevard Adolphe Pierre à Lorient - 18h30

Par Jean-Pierre BAUD, biologiste de la qualité des procédés aquacoles à l’Ifremer Nantes et coordinateur transversal conchylicole et Alain DREANO, secrétaire général du Comité régional de la conchyliculture de Bretagne Sud.

En première partie, Jean-Pierre BAUD, biologiste de la qualité des procédés aquacoles à l’Ifremer Nantes et coordinateur transversal conchylicole présente un état des lieux des connaissances sur ce problème persistant. La mortalité du naissain d’huître creuse Crassostrea gigas en France depuis 2008 est estimée annuellement et en moyenne à 70% et touche à la fois le naissain de captage et les produits d’écloserie. Cette mortalité est principalement d’origine infectieuse avec la présence d’un variant de l’herpès virus “OsHV-1” associé parfois à des vibrions (V.splendidus, V.aestuarianus).
Les sorties de crise mises en place dans le cadre des assises de la conchyliculture en octobre 2010 telles que le plan de sauvegarde, l’introduction d’huîtres de pays tiers (Japon, Brésil) et la sélection d’huîtres résistantes par des écloseries privées ou/et à des fins collectives de captage orienté (projet SCORE) sont en cours et seront développées.
Un nouveau type de mortalité touchant les adultes d’huître creuse en 2012 et associé à V.aestuarianus inquiète les professionnels et les scientifiques.
Une étude épidémiologique, associée à des études en laboratoires à la fois sur la virulence de cette bactérie mais aussi vis-à-vis de la sensibilité des huîtres de captage naturel et d’écloserie à cet agent infectieux, est en cours de finalisation.

Puis Alain DREANO, secrétaire général du Comité régional de la conchyliculture de Bretagne Sud, développe les conséquences de cette crise pour les ostréiculteurs. Depuis 2008, les mortalités des huîtres ont eu des répercussions profondes sur les entreprises et leurs organisations : stratégies de production, moyens à mobiliser, …. Ces bouleversements interrogent également toute la filière de production du captage à la commercialisation des produits adultes. Les programmes de recherche en cours sont les seules pistes de sortie de crise auxquels la profession est directement partie prenante. La situation actuelle met en évidence un changement en profondeur de la gestion des crises où chacun à son niveau doit construire, par anticipation, les outils et procédures adaptés.

Explor@de

Les activités maritimes et portuaires en réalité augmentée !

Explor@de
Découvrir l'application
Lettre d'informations
Inscrivez-vous aux lettres d'information et restez informés des actualités et événements de la Maison de la Mer
S'abonner